8 mars 2019

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE POUR LES DROITS DE FEMMES

APPEL NATIONAL A LA MARCHE

 

    Rassemblement à 17h  à Bruxelles

Départ de la Marche de la Gare centrale à 17h30

 

Vers  la place de Luxembourg  à Ixelles

 

 

       

 

     La « Marche Mondiale des Femmes - Belgique » réclame de la part des politiques, un changement de cap, à engager d'urgence, afin d’éviter les catastrophes sociales

     et environnementales concernant particulièrement les femmes. Nous prônons une économie durable où, partout, la vie humaine, le bien être collectif, la vie collectif

     des droits et le respect de l'environnement priment sur les mécanismes du marché, du productivisme et de la recherche du profit au bénéfice d'une minorité.

 

     Stop au patriarcat et aux économies réalisées ces dernières années au détriment des femmes ! En effet, les femmes et d'autres groupes défavorisés (jeunes, migrant·e·s)

     subissent les conséquences d’un système inégalitaire. De nombreuses tâches de soins invisibles et non valorisantes (care) sont assumées majoritairement par les femmes

     (= double journée de travail pour beaucoup de femmes). Le gouvernement fait des tax-shifts, des cadeaux aux actionnaires et patrons, mais la sécurité sociale est dans

     le rouge.Nous exigeons une politique socio-économique féministe qui permette aux femmes d’effectuer un travail rémunéré à temps plein et aux hommes d'assumer

     davantage de responsabilités familiales !

    

     Stop aux violences sexuelles et de genre envers les femmes. Un exemple frappant : 31,7% des nettoyeuses/aides familiales ont un jour été victimes de violences

     sexuelles au travail selon une enquête réalisée par la CSC Alimentation et Service auprès de plus de 7000 affiliées. Les discriminations sont quotidiennes et 94% des femmes

     affirment les avoir subi.

 

     Stop à la culture du viol et au harcèlement des femmes de tous les âges.En Belgique, 98% des femmes déclarent avoir été victimes de harcèlement et les 2/3 d’agressions

     sexuelles. Cette violence n’a d’ailleurs pas lieu que dans la rue ou dans les transports en commun, mais également sur le lieu de travail ou d’étude, et même à la maison !

 

     Stop aux réductions budgétaires et à la privatisation de la santé.Il y a toujours moins de moyens, et parallèlement des soins de santé plus chers. Atteintes gravement dans

     leur autonomie économique par la politique actuelle de nos gouvernements, les femmes sont les premières à payer plus pour leur santé et celle de leur famille.

     Le ticket modérateur pour les visites chez les spécialistes, comme les gynécologues ou les ophtalmologues, a été augmenté de plus de 45% avec ce gouvernement. Des

     centaines de milliers de personnes ont postposé leurs soins de santé. Les femmes sont particulièrement concernées car ce sont elles qui, faute de moyens, s’auto-médicalisent.

          

     Stop à la précarité et à la pauvreté. Pour une justice fiscale où les grosses fortunes soient taxées !

 

     Pour des services publics de qualité au bénéfice de toutes et de tous ! La dynamique de privatisation et de marchandisation des services publics doit être endiguée et inversée !

     Nous voulons des investissements conséquents pour garantir des services publics forts, de qualité et accessibles (en particulier pour les personnes les plus précaires).

 

     Stop aux coupes budgétaires qui empêchent le développement des structures nécessaires pour libérer du temps aux femmes, comme l’accueil de la petite enfance ou les

     services aux personnes malades, handicapées, les aides familiales, etc. Dès lors, ce sont les femmes qui continuent à assumer, gratuitement et sans reconnaissance, toutes ces

     tâches. Cela les empêche d’acquérir une réelle autonomie économique en leur faisant porter le poids d’une dette qui, cependant, n’est pas due à des dépenses trop lourdes, mais

     à un manque de rentrées financières de l’Etat. N o u s  d i s o n s   S T O P !

 

     Nous demandons au prochain gouvernement de lutter contre la précarité et de poursuivre une politique socio-économique durable, écologique, progressiste et féministe !

 

     Avec cette manifestation et cette marche, nous prenons la rue pour nous faire écouter !

 

#NousToutes #Jemarchele8 : appel national à manifester

 

PROGRAMME

 

 

09h-16h : Animations  autour de la « Grève féministe » par le collecti.e.f 8 maars.                                               Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                                                           GARE CENTRALE

 

14h : La MMF appel  les femmes à faire du bruit dans le cadre de la grève féministe :

           Si les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête !

 

14h30 - 15h30 : ACTION de SOLIDARITÉ avec la lutte des Femmes iraniennes

Une Action de protestation est organisée face à l’ambassade d’Iran à Ixelles, avec les délégations de la Marche des Femmes iraniennes d’Hambourg, Amsterdam et Bruxelles, pour célébrer le 40ème  anniversaire du soulèvement des femmes contre la violence étatique, sociale et domestique à l’égard des femmes en Iran.                                                  

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                                                                                                AMBASSADE D’IRAN à Ixelles  

 

16h - 17h : La Marche Mondiale des Femmes anime « les Porteuses de paroles », occupation de l’espace public et sensibilisation dans la rue. Tente et activités pour les enfants.                                                               GARE CENTRALE                                                                                                                           

 

17h - 17h30  : Rassemblement général, accueil de la Marche des femmes Iraniennes, animation, musique-chorale, Flash Mob « Tant que les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche! »

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                                                                                                      GARE CENTRALE

 

17h30 : Départ de la Marche pour les droits des Femmes                                             GARE CENTRALE

 

18h30 :  Arrivée place du Luxembourg  - Actions symboliques de protestation contre les politiques d’austérité. MINI CONCERT DE GROUPES FÉMINISTES.

Contacts Marche Mondiale des femmes :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                               PLACE DU LUXEMBOURG 

 

20h : Rencontre avec les délégations des Femmes iraniennes. 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.-kla">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                                                PIANOFABRIE à Saint-Gilles

 

 

My body, my choice, not the state, not religion, not anyone else!

Si les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête !

So so so solidariteit met alle vrouwen wereldwijd !

So so so solidarité avec les femmes du monde entier !

On ne peut plus dire qu’on ne savait pas ! On ne peut plus laisser faire !

We kunnen het niet langer ontkennen! We kunnen dit niet langer laten gebeuren!

 

Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche!

 

 

Téléchargez les revendications complètes en format pdf :

 

 

 

 

 

 

 

MMF

La Marche mondiale des femmes est un réseau mondial d’actions de lutte contre la pauvreté et la violence envers les femmes.
Née en 1996, la Marche mondiale des femmes est rapidement devenue un mouvement mondial incontournable et a recueilli en 2000 l ’adhésion de près de 6000 groupes de femmes à travers 163 pays et territoires du monde.

En Belgique, la Marche a mobilisé plus de 80 organisations de femmes et le 14 octobre 2000, quelques 35 000 femmes ont participé à une manifestation européenne deux jours avant une marche de clôture à New York devant les Nations Unies.

La marche a permis de rendre visible, de renforcer et de solidariser les groupes de femmes belges autour de revendications communes contre la violence et la pauvreté à l’égard des femmes. La marche a donné naissance à de nombreuses plates-formes régionales.

Les thèmes principaux :
Les quatre thèmes centraux de la MMF sont

« Pauvreté & indépendance économique – femmes et travail décent »
« Violences envers les femmes »
« Paix et démilitarisation »

« Biens communs et accès aux ressources – souveraineté alimentaire »

Ce que l’on vise ?

Renforcer et maintenir le vaste mouvement de solidarité des groupes de femmes de la base de façon à ce que la Marche constitue un geste d’affirmation des femmes du monde.

Promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les peuples.
Soutenir un vaste processus d’éducation populaire où toutes les femmes peuvent analyser par elles-mêmes et pour elles-mêmes les causes de leur oppression et les alternatives possibles.

Mettre en avant les revendications et les alternatives communes aux mouvements des femmes du monde, sur le plan local, national, régional et international, autour de la pauvreté et de la violence à l’égard des femmes.

Amener les gouvernements, décideurs et membres de la société civile à soutenir et à effectuer les changements qui s’imposent pour améliorer les conditions et la qualité de vie des femmes du monde.

 

globe  Marche Mondiale des Femmes Belgique

   

Présentation:

La Marche mondiale des femmes est un réseau mondial d’actions de lutte contre la pauvreté et la violence envers les femmes. Née en 1996, la Marche mondiale des femmes est rapidement devenue un mouvement mondial incontournable et a recueilli en 2000 l’adhésion de près de 6000 groupes de femmes à travers 163 pays et territoires du monde. En Belgique, la Marche a mobilisé plus de 80 organisations de femmes et le 14 octobre 2000, quelques 35 000 femmes ont participé à une manifestation européenne deux jours avant une marche de clôture à New York devant les Nations Unies. La marche a permis de rendre visible, de renforcer et de solidariser les groupes de femmes belges autour de revendications communes contre la violence et la pauvreté à l’égard des femmes. Depuis l’année 2,000 la Marche mondiale de femmes est devenue fortement active au niveau national et international. La marche a donné naissance à de nombreuses plates-formes régionales. La MMF- Belgique a participé activement dans divers actions ; campagnes, manifestations et commémorations des journées des femmes comme le 8 mars, 25 novembre entre autres. Notre but : Exiger au gouvernement et aux autorités nationales et internationales de mettre en œuvre toutes les revendications présentées chaque année, afin d’assurer une égalité effective entre les hommes et les femmes.

« Pauvreté & indépendance économique – femmes et travail décent »
« Violences envers les femmes »
Cliquez ici pour l'InfographieInfographie icon « Paix et démilitarisation »
« Biens communs et accès aux ressources – souveraineté alimentaire »

La Coordination Nationale de la Marche Mondiale de Femmes, à travers son plaidoyer, s’engage au renforcement de l’égalité de sexes. Partant d’une théorie qui conçoit la variable genre comme la barrière principale et transversale de stratification sociale. Notre stratégie se construit principalement sur cet objectif, pour pouvoir, par la suite, amplifier les résultats de manière transversale et transformer indirectement les autres dimensions du statut quo. Ainsi, notre action est notamment dirigée contre les inégalités des peuples, la discrimination des minorités et communautés ethniques et la pauvreté économique, ainsi que contre toutes les formes de violence. Parallèlement, on revendique un ordre mondial alternatif, plus égalitaire et respectueux avec sa diversité inhérente. Plus spécifiquement, les objectifs généraux sont: la lutte contre les différentes violences envers femmes en tant que telles, et leurs occultation sociale; le combat de la misère et la pauvreté et la dépendance économiques; l’opposition à la privatisation des services publiques; contre la militarisation et la course aux armements.

  • Renforcer et maintenir le vaste mouvement de solidarité des groupes de femmes de la base de façon à ce que la Marche constitue un geste d’affirmation des femmes du monde.
  • Promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les peuples.
  • Soutenir un vaste processus d’éducation populaire où toutes les femmes peuvent analyser par elles-mêmes et pour elles-mêmes les causes de leur oppression et les alternatives possibles.
  • Mettre en avant les revendications et les alternatives communes aux mouvements des femmes du monde, sur le plan local, national, régional et international, autour de la pauvreté et de la violence à l’égard des femmes.
  • Amener les gouvernements, décideurs et membres de la société civile à soutenir et à effectuer les changements qui s’imposent pour améliorer les conditions et la qualité de vie des femmes du monde.